top of page

Comment cumuler les réussites


Couverture Pinterest pour 4 techniques pour créer de la tension narrative

Je reçois souvent des questions au sujet de la productivité. Beaucoup d'autrices (et moi la première) surestiment ce qu'elles peuvent faire en un mois, en une semaine, ou même en une journée.

Quand on est à son compte, qu'on bosse avec une maison d'édition traditionnelle ou qu'on exerce en indépendant (comme moi), on a tendance à vouloir faire beaucoup, à user de tooout le temps dont on dispose à créer, produire, avancer sur une chose ou une autre, bref : à bosser comme des dingues.


Du moins, on voudrait.


Parce que bien souvent, le corps, la tête et l'agenda ne suivent pas ce rythme infernal qu'on voudrait s'imposer : terminer le synopsis détaillé de ce nouveau roman auquel on pense, suivre des cours d'écriture, regarder ces 3 dernières vidéos sur la créativité, créer 5 posts pour les réseaux sociaux, écrire 2 000 mots par jour, réfléchir aux deux nouvelles qu'on veut écrire pour un appel à texte, finaliser l'ebook d'un roman papier...


Je suis comme vous : je remplis ma to-do list de toutes ces choses que j'aimerais faire, et j'essaie de les intégrer au mieux dans mon emploi du temps. Parce que, il faut bien que ça se fasse, non ? et y'en a marre que ça traîne sans arrêt, alors hop, au boulot !

Oui, ça peut marcher pendant un temps. Mais un temps seulement.


Repensez à l'écrivain torturé, et prenez 5 minutes pour vous demander si, à force de vouloir trop en faire, et bien... vous ne faites pas rien, justement. Ces vidéos à moitié regardées, ce synopsis presque (mais vraiment presque) abouti, ces nouvelles dont on a posé aucune ligne, ce retard sur le nombre de mots quotidiens qu'on veut écrire...


A force, vous bloquez. Vous n'avancez sur rien, alors que vous bossez sur tout (et beaucoup). Vous perdez petit à petit l'envie de vous y mettre, alors que vous n'avez pas le choix, alors que merde, vous avez bien choisi ce métier parce que vous l'aimez.


Du coup, vous essayez de vous remettre dedans, mais vous procrastinez. Et je ne parle pas de scroller sur les réseaux sociaux, s'il n'y avait que ça ! Je vous parle de vraie procrastination, celle qui fait qu'on se concentre sur les taches les plus faciles, les moins importantes, les moins urgentes, pour avoir l'impression de remplir sa to-do list... Je l'ai fait aussi.


Vous collectionnez les échecs, plutôt que de cumuler les réussites.


Et maintenant, vous culpabilisez, et vous avez envie de tout lâcher. Vous enchaînez les échecs, alors que vous visez la réussite. Vous ne terminez jamais rien, tout prend des plombes. Peut-être qu'après tout, vous n'êtes pas faite pour ça...


Faux !


Simplement, il faut revoir votre manière d'a